Histoire de l'Armée Nationale Populaire

La formation au sein de l’ANP
    La formation et la qualification de l'élément humain sont la pierre angulaire de tout développement, de ce fait l'intérêt que porte l'Armée Nationale Populaire à la formation ne date pas d’aujourd'hui, et représente une approche inhérente et enracinée, qu'elle a hérité de l'Armée de Libération Nationale qui, malgré un manque tangible de moyens et des capacités réduites, a accordé une importance cruciale à la formation durant la révolution de libération, durant laquelle des promotions de pilotes et d’ingénieurs sont sorties, et cela, bien avant le recouvrement de notre souveraineté nationale.

  

    La formation au sein l'Armée Nationale Populaire digne héritière de l'Armée de libération nationale, est le fondement de l’édifice d'une défense moderne, et ce domaine a connu, depuis l'indépendance jusqu'à nos jours, plusieurs phases de réformes en adéquation avec nos propres capacités et avec les particularités de notre doctrine militaire; de ce fait, des progrès éminents ont été réalisés, quant au professionnalisme et la maitrise des technologies militaires modernes.

    Ainsi, la Période 1962- 1975 s’est caractérisée par la création de l'Académie Militaire Interarmes, des écoles d'armes, des centres d'instruction et des Ecoles des cadets de la Révolution. Il est à noter que l'institutionnalisation du service national en 1968 a permit d'impulser une nouvelle dynamique à l'Armée Nationale Populaire, par l’apport en compétences humaines appréciables pour l’accomplissement des missions de défense et d'intérêt national.

  

    Durant la Période 1976-1983, la prise en charge de la formation dans tous ses aspects est devenue la préoccupation majeure du Haut Commandement de l’ANP, se traduisant en particulier, par la réactualisation des programmes de préparation au combat et de formation, ainsi que l'élaboration de méthodologies d'emploi des programmes et le lancement des Cours de perfectionnement, des Cours d'état major et des Cours supérieur d'armes. Sur le plan de la réglementation, cette période a vu l’élaboration des textes de base régissant les profils de formation des officiers, des sous-officiers et des hommes du rang.


    La Période 1984-1991 s’est caractérisée, principalement, par la restructuration de l'ANP, Au plan de la formation; ainsi, il y eut la dissolution de la Direction de l'instruction et son remplacement par le Bureau des Enseignements militaires de l’Etat-major de l'Armée Nationale Populaire, la création d’écoles supérieures d'Armes (Forces navales, Forces Aériennes, Forces de Défense Aérienne du Territoire) et la dissolution des Ecoles nationales des cadets de la Révolution.
    De 1992 à 2005, la situation sécuritaire du pays, marquée par l'engagement total de l'Armée Nationales Populaires dans la lutte antiterroriste a eu pour conséquence l’adaptation des programmes de formation au sein des écoles et centres d'instructions aux opérations de lutte antiterroriste. Par ailleurs, cette période a vu la décentralisation de la formation au profit des Commandements de forces, des Départements et Directions centrales et la création d'écoles d'applications d'armes et de l'Ecole Nationale Préparatoire aux Etudes d'Ingéniorat (ENPEI).

    La Période allant de 2005 à ce jour, s’est distinguée par une amélioration qualitative de la formation, l’adaptation de l’appareil de formation de l’ANP aux nouvelles exigences actuelles, notamment, en élevant plusieurs écoles d’applications en écoles supérieures, et la création de l’Ecole Supérieure de la Communication et de l’Information en septembre 2017 dans la 1ère Région Militaire; en outre, cette amélioration qualitative de la formation s'est concrétisée à travers l'importance majeure accordée, en premier lieu, aux ressources humaines, en matière de formation et d’entrainement, conformément à des procédés et programmes modernes et en second lieu, en intégrant constamment des outils modernes et performants ainsi qu’une base matérielle et technique régulièrement développée.

  

    La formation a toujours été, et sera toujours, la locomotive du développement de nos forces armées; de grands efforts sont , sans cesse, déployés dans ce domaine et à tous les échelons, et le Haut Commandement de l'ANP veille en permanence à l'amélioration du niveau de l'enseignement, de la formation et de la préparation des éléments à travers, non seulement, le renforcement de la base pédagogique des écoles et centres d'instruction, afin qu'elle soit au diapason des armées modernes, mais aussi par l'adaptation de notre système de formation dans un souci de modernisation, en réponse aux défis actuels et futurs.

Les cadets de la nation
    Á l'indépendance, et dans le but de poursuivre le chemin et de consolider la cohésion entre l'armée et sa profondeur populaire dans toutes les régions du pays, le Haut Commandement de l'Armée Nationale Populaire a investi dans le riche potentiel humain imprégné de valeurs nationales, composé principalement de fils de martyrs et de moudjahidine; ces derniers était destinés à être la pierre angulaire dans la construction d'une jeune Algérie.

    Ainsi sont nées les écoles des Cadets de la Révolution en mai 1963, pour former un vivier qui approvisionnera les différentes structures de l'Etat algérien en centaines, voire en milliers de cadres compétents, avant que ce modèle d'écoles ne soit abandonné en 1986.

  
  
    22 ans après cette décision. Et en vue de conforter le parcours de modernisation et de professionnalisation de l'Armée Nationale Populaire, le Haut Commandement a décidé la création des Ecoles des Cadets de la Nation le 26 Octobre 2008, ravivant, par la même occasion, le mode de formation des Ecoles des Cadet de la Révolution ainsi que les méthodes de présélection précoce de l'élément humain jeune aux talents multiples, qui a prouvé son efficacité dans le renforcement des rangs de l'Armée Nationale Populaire, digne héritière de l'Armée de libération nationale, par les compétences requises dans tous les domaines de l'activité militaire.

    Cela s'est réalisé le 13 septembre 2009, par l'ouverture de l’Ecole secondaire des Cadets de la Nation à Oran durant l'année scolaire 2009-2010.

  

    Et en concrétisation de cette politique pertinente, le Haut Commandement de l'Armée Nationale Populaire a attaché une importance capitale à cette orientation, ce qui a engendré, en un temps record, l'ouverture de trois (03) écoles secondaires, Garçons et filles, à Oran, Blida et Sétif, ainsi que sept (07) écoles moyennes à Béchar, Laghouat, Batna, Bejaia, Tamanrasset, M'sila et Tiaret.

    Ces forteresses éducatives et pédagogiques, représentent un acquis inestimable pour l'Armée Nationale Populaire, et une avancée à grands pas vers le professionnalisme; elles ont la charge d'assurer un cadre pédagogique de haut niveau aux cadets, compte tenu de l’importance des moyens humains et matériels déployés en vue de réunir toutes les conditions de réussite et de succès, qui se reflètent dans les brillants résultats obtenus par les cadets, des cycle moyens ou secondaires; des résultats louables et annonciateurs d’un avenir prestigieux et prometteur pour le pays en général et l'Armée Nationale Populaire en particulier, qui bénéficiera du meilleurs de ces énergies humaines et de cette future élite d'ingénieurs, de pilotes, de médecins et de marins qui iront consolider les différents commandements de forces et les directions et leurs seront d'un indéniable soutien.

  

    Les efforts que l'Armée nationale populaire a consenti pour assurer le succès des Ecoles des Cadets de la Nation ont généré une source intarissable d’élites qui ont reçue une formation répondant, assurément, aux exigences du monde d'aujourd'hui, une formation qui associe l'assimilation des connaissances modernes aux valeurs nationales de notre glorieuse révolution pour concrétiser la citation: "les Écoles des cadets : Connaissance.. fidélité.. discipline".